Date: 21.07.2017  Heure: 08:40 GMT


Ajouté le : 16.06.2017 12:57

Mauritanie : TPMN condamne « les propos insultants » pour les noirs attribués au PM

ALAKHBAR (Nouakchott) – Le Mouvement Touche pas à Ma Nationalité (TPMN) qui milite pour les droits des Noirs en Mauritanie, a condamné, vendredi, "les propos insultants pour la communauté noire de Mauritanie qui ont été attribués au premier ministre" Yahya Ould Hademine et relayés par la presse.

 

La presse mauritanienne a relayé, il y a une semaine, des propos attribués au premier ministre Yahya Ould Hademine qui aurait évoqué, lors d’une rencontre avec des conseillers, la "vision stratégique de l’Etat" mauritanien consistant à "éviter de développer" le sud du pays qui pourrait devenir "une terre exclusive aux Noirs".


"La question des Noirs est le plus grand défi dont fait face l'Etat (mauritanien)", autait ajouté Ould Hademine. Lire : Mauritanie : l’Etat aurait délibérément délaissé la Vallée

 

Dans un communiqué reçu à Alakhbar, TPMN "s’insurge contre ces propos gravissimes attribués au premier ministre mais surtout contre la politique d’exclusion systématique qu’ils sous-tendent".

 

Pour TPMN, l’Etat mauritanien "se doit de sévir contre de tels propos au lieu de voter des lois contre la discrimination qui n’ont d’autre objectif que d’intimider les défenseurs des droits de l’homme en vue de les museler. Ce sont de tels propos et les actes qui les accompagnent qui minent l’unité nationale et mettent en péril l’existence de notre pays".

 

"Mais si le caractère cru et ignominieux de ces propos peut choquer, surtout s’ils s’avèrent provenir effectivement du premier ministre de la République, en revanche, ils ne sont pas surprenants du point de vue de leur contenu. Mieux, ils ne font que confirmer ce que tout le monde sait déjà : une politique d’apartheid qui ne dit pas son nom" a noté le communiqué.

 

TPMN de s'interroger: "Comment expliquer en effet que l’électrification de villes appartenant à d’autres régions ou que l’alimentation en eau potable de ces mêmes villes se fassent à partir des barrages de la vallée du fleuve alors que les villes et villages de la vallée qui devaient en être les premiers bénéficiaires ne disposent, pour leur plupart, ni d ‘électricité ni d’eau potable contrairement aux villes riveraines du fleuve du côté sénégalais de la frontière ?"

 

"Comment expliquer que l’exploitation du phosphate de Bofal reste encore dans les tiroirs depuis au moins deux décennies ? Comment expliquer que l’immense potentiel agropastoral de la vallée ne soit pas mis en valeur au profit des populations locales et pour une autosuffisance alimentaire de l’ensemble du pays ? Il va de soi que la politique de l’état vis-à-vis de la vallée a toujours été une politique de deux poids deux mesures.".

 

"Pire, le passé récent de notre pays et son présent ont fait de la vallée du fleuve une vallée de larmes et de sang avec la tentative de génocide contre la communauté noire et son lot d’exécutions extrajudiciaires, de déportations et d’expropriations dont la dernière en date est la tentative de déposséder les populations de Boghé et de ses environs de leurs terres. Tragédie entretenue également à travers le génocide biométrique contre ces mêmes ressortissants de la vallée dont beaucoup sont privés d’état-civil et rendues donc apatrides dans leur propre pays"."




Banner

Le jeune Etat mauritanien, face à la guerre du Sahara –Archives

Alakhbar fait "une officine des Services de renseignement", selon Biram Dah Abeid

L’écrivain Mohamed Yahya Ould Ciré: « Les Harratines sont victimes d’un double racisme»

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2017

Partenaires