Date: 23.05.2018  Heure: 20:26 GMT


Ajouté le : 17.01.2018 23:08

La France, attentive à la question des droits de l’homme en Mauritanie

ALAKHBAR (Nouakchott) -La France - comme observatrice - est attentive « aux cas individuels [des droits de l’homme en Mauritanie] dont certains sont actuellement pendants devant la Justice », a déclaré son ambassadeur à Nouakchott, Joêl Meyer (Voir photo).

 

Lire aussi: Mauritanie : la France ne fait pas de diplomatie publique sur les Droits de l’homme (Diplomate)

 

«Mais c’est à cette dernière institution (la justice) qu’il incombe, selon l’expression consacrée, de dire le droit », a tenu à préciser le diplomate.

 

Joêl Meyer affirme croire que, «  comme en Europe d’ailleurs, ce qui est important et relève de la responsabilité collective, c’est le "vivre ensemble". C’est l’intérêt de tous ». 


 

L’ambassadeur reconnaît en même temps « le parcours accompli ces dernières années [en Mauritanie] pour faire prévaloir l’Etat de droit, la gouvernance, les libertés publiques » et souligne « les efforts pour parvenir à un développement inclusif qui réponde aux besoins vitaux -lesquels sont autant de droits fondamentaux- de l’ensemble des populations, comme accéder à une santé et à une éducation de qualité ».

 

Joêl Meyer qui a accordé une longue interview à l’hebdomadaire arabophone Alakhbar-Info dans sa livraison de ce mercredi 17 janvier, aborde, entre autres, le référendum sur la Constitution et la question de 3e mandat dont certains réclament pour le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz. Il évoque la coopération entre Paris et Nouakchott et la conquête chinoise de l’Afrique dont la Mauritanie.

 

L’ambassadeur français revient largement sur la force africaine du G5 Sahel, ses rapports avec Barkhane, les réticents de certains pays et la volonté d’autres d’y adhérer.

 

Lire l'interview




chinguitel

Composition du nouvel hymne national de la Mauritanie

Le jeune Etat mauritanien, face à la guerre du Sahara –Archives

Alakhbar fait "une officine des Services de renseignement", selon Biram Dah Abeid

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2018

Partenaires