Date: 18.02.2018  Heure: 03:13 GMT


Ajouté le : 12.02.2018 13:09

Mauritanie : échec de la conférence de presse de Human Rights Wach à Nouakchott

ALAKHBAR (Nouakchott) - La conférence de presse de Human Rights Watch qui se tenait ce lundi 12 février à Nouakchott a échoué en raison d’un différend opposant l’organisation de défense des droits de l’homme à un journaliste sur les statistiques relatives aux Harratines (descendants d’esclaves de Mauritanie).

 

Lire le rapport complet de H.R.W Mauritanie: Les défenseurs des droits humains en danger

 

Le journaliste qui brandissait un communiqué de Human Right Watch a indiqué que l’organisation a estimé les Harratines à plus de la moitié de la population mauritanienne.

 

Eric Goldstein, Directeur adjoint de Human Right Wath pour le Proche-Orient et l'Afrique du Nord, a renvoyé le journaliste au même communiqué qui stipule : « Les Harratines du pays, un groupe descendant d’esclaves qui représentent plus d’un tiers de la population, à résister à la discrimination et à faire valoir leurs droits »

 

Les Harratines se réclamant près de « 50% » de la population mauritanienne les Harratines se disent « marginalisés » dans un pays qu’ils estiment dominés par leurs anciens maîtres, les Beïdanes, appelé "Maures blancs", selon le Manifeste Pour les droits politiques, économiques et sociaux des Harratines au sein d’une Mauritanie unie, égalitaire et réconciliée avec elle-même" .

 

LireMauritanie: marche des descendants d’esclaves noirs pour des droits civiques

 

En Juillet 2011, la question des statistiques liées aux Harratine a été soulevée par l'Association des Harratines de Mauritanie en Europe (A.H.M.E,) indiquant que « les harratines font face à de nombreuses difficultés liées au recensement en cours en Mauritanie, du fait que le recensement des Harratines est laissé à l'appréciation des Maîtres ou Anciens maîtres d'esclaves".

 

En janvier 2013, un mémorandum confidentiel (voire ici) rédigé par des cadres harratines appartenant aux différents partis politiques de la majorité et de l’opposition ainsi qu’aux organisations de la société civile, avait estimé qu’en Mauritanie 80% des pauvres et 85% des analphabète sont des Harratines. 

 

Deux membres de Human Rights Watch, Eric Goldstein, Directeur adjoint de Human Right Wath pour le Proche-Orient et l'Afrique du Nord, et Candy Ofime, chercheuse responsable pour la Mauritanie, séjournent en Mauritanie pour présenter un rapport intitulé : « Ethnicité, discrimination et autres lignes rouges répression à lencontre des défenseurs des droits humains en Mauritanie »




chinguitel

Composition du nouvel hymne national de la Mauritanie

Le jeune Etat mauritanien, face à la guerre du Sahara –Archives

Alakhbar fait "une officine des Services de renseignement", selon Biram Dah Abeid

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2018

Partenaires