Date: 20.09.2018  Heure: 04:51 GMT


Ajouté le : 21.02.2018 13:12

Mauritanie - Edito du Calame :

Jusqu’où, jusqu’à quand ?

Ha, il ne manque pas de culot, notre ministre de l’Economie et des Finances ! Reconnaître publiquement (sur sa page Facebook, tout de même) que notre dette extérieure équivaut à 73% de notre PIB (sans compter la dette du Koweït), fallait oser ! Bon, c’est vrai, il n’avait pas le choix, notre volubile ministre... Dans une interview à un site de la place, la semaine passée, avant son arrivée en Mauritanie, le directeur-adjoint du FMI venait d’adresser une mise en garde, à peine voilée, à propos de ce passif qui n’est « pas loin d’atteindre un seuil critique », selon ses propres termes. Il fallait donc parer au plus pressé. Ne pas donner l’impression d’être pris au dépourvu. Et d’avoir dépensé des milliards pour rien. Des milliards qu’on laissera, de toute façon, comme un boulet, aux pieds, sinon à la gorge, des générations futures.

 

Plusieurs questions : où sont partis ces milliards ? Tant de dépenses, pour quelques dizaines, voire centaines, de kilomètres de goudrons, plus vite dégradés qu’étalés, des centres de santé sans budget d’entretien et autres infrastructures en telle souffrance de suivi ? Quel fut la part, en ces investissements sans lendemain, des recettes de l’Etat, longtemps gonflées, ces dernières années, par la hausse des cours des minéraux ? Comment ces records de gains n’ont-ils pu freiner notre endettement ? Enorme gâchis qui n’en finira jamais de dévoiler tous ses secrets… s’il les dévoile un jour. Le pillage du pays est orchestré à ciel tant ouvert, éventré pourrait-on même dire, à grandes pelles de marchés de gré à gré, en veux-tu en voilà, attribués toujours aux mêmes, qu’on y perdra encore beaucoup trop d’argent à seulement tenter de les recenser… Grand classique du genre : pour s’assurer l’impunité – pire, obtenir l’appui inconditionnel des grands de ce Monde – c’est en milliards qu’il faut spéculer…

 

Du temps du président civil démocratiquement élu, l’euro coûtait 350 ouguiyas ; aujourd’hui, il est à près de 440. Le dollar valait 250 ouguiyas ; ce matin, 350. L'inflation galope, s’alarment les experts indépendants. Bref, l'économie est têtue et les vociférations d’Ould Djay n'y peuvent rien, pas plus, d'ailleurs, que les parades du BASEP. Ha, qu’on est bien loin des déclarations du Président, avec ses fameux « Lighaa Chaab », les caisses de la BCM et du Trésor débordantes de devises et d'ouguiyas ! À quoi sert donc d'être au pouvoir, si c'est pour détruire l'économie du pays, ravage à la portée de n'importe quel imbécile ! À quoi sert le pouvoir, si c'est pour emprisonner à tour de bras, excitation à la portée de n'importe quel ravageur ! À quoi sert le pouvoir, si c'est pour mettre sous contrôle judiciaire, parlementaires, syndicalistes, journalistes, brutalités à la portée de n'importe quel excité ! À quoi sert le pouvoir, si c'est pour pourchasser les bâtisseurs et émettre des mandats d'arrêts contre d'honnêtes citoyens, déchaînements à la portée de n'importe quelle brute ! De mal en pis, ce n’est plus seulement contre la décision électorale du peuple que le félon du 6 Août poursuit sa forfaiture, comme le soulignait son regretté cousin, Ely ould Mohamed Vall. C’est aujourd’hui contre le peuple lui-même, la Nation tout entière – excepté, évidemment, le petit groupuscule associé à la curée et la meute des efflanqués qui courent après les miettes de l’orgie –  qu’il se déchaîne. Jusqu’où ; jusqu’à quand, Ould Abdel Aziz, abuseras-tu de la patience du peuple ?

 

Ahmed Ould Cheikh




chinguitel

Ibrahima Sarr déclare la guerre au système mauritanien

Nouvel hymne national de la Mauritanie

Le jeune Etat mauritanien, face à la guerre du Sahara –Archives

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2018

Partenaires