Date: 11.11.2019  Heure: 19:18 GMT


Ajouté le : 12.09.2019 11:42

L'apostasie constitue un danger pour l'individu, la société et l'Etat. Des postulats en témoignent

1.  Comme l'homme n'a créé ni son esprit ni son corps, cela le mène vers son Créateur Qui a créé le reste de l'humanité et le monde entier, y compris ce qu’il contient de bien et de mal.

 

Maître/ Mohamed Sidina Ould Cheikh

 

2.  Ce Créateur c’est Allah qui a doté l'homme d’un esprit pour distinguer le bien du mal et choisir pour qui il penche. Ledit Seigneur a installé l'homme en représentant sur terre, l’a chargé de l’y adorer et d’y pratiquer un travail qui n’est autre qu’un aspect de l'adoration susmentionnée.

 

3. Par l'esprit, l’homme sait que la volonté du bien des gens tend toujours à accomplir ce qui est bénéfique aux gens, tandis que la volonté du mal cherche à leur nuire.

 

4. Ledit esprit repose sur des postulats moraux constituant un fil liant tous les membres de la même société et les postulats sur lesquels se fonde l'esprit varient selon les sociétés. Ainsi, les postulats de l’Islam furent la base des lois des pays islamiques et l'apostasie, c’est à dire la rébellion contre ces postulats signifie la démolition des fondements de la société et de l'Etat et le retrait de la reconnaissance des droits des individus, contenant dans la charia, comme leur droit à la vie, à la propriété, à la liberté, etc.

 

5.  La hiérarchie dans les fonctions desdits postulats moraux est également liée à une gradation dans les sanctions  de celui qui les viole. Il existe une sanction personnelle qui provoque le regret, la consternation et même la folie, en plus de sanction communautaire sous forme d'ostracisme et de punition parfois, ainsi que la sanction de l’au- delà.

 

6. Ainsi, le premier domaine du conflit entre le bien et le mal tourne autour de la base sur laquelle nous avons mentionné la dépendance des sociétés.

 

7.  L'axe du mal dans ledit conflit est représenté par le diable qui incarne tous les vices et tous les maux, reste réfractaire à toutes les vertus, et est un damné qui a cohabité avec tous les prophètes et continué après eux à égarer  leurs disciples et à combattre les ulémas qui propagent la religion.

 

8. Quant au pôle du bien, il est représenté par les prophètes dont chacun incarne toutes les vertus humaines et Allah les a protégés contre tous les vices et toutes les méchancetés qui peuvent affecter les humains. Ainsi l'approche des prophètes concrétise le bien, la paix et le développement, rehausse celui qui la suit dans ce monde et le mène au Paradis éternel après sa mort, contrairement à la voie de Satan qui précipite ses adeptes dans la pauvreté et l’abime des turpitudes et des vices et pourrait le conduire en prison car Satan l’incite toujours à commettre des crimes jusqu’à ce que sa moisson de péchés atteigne un niveau qui le jette dans le châtiment du Brasier, à moins qu’il ne soit sauvé par la grâce d’Allah.

Les prophètes sont soutenus par des miracles, qui sont des prodiges extraordinaires attestant leur sincérité.

 

9. La lutte entre le bien et le mal s’est exacerbée de la sorte et chaque fois qu'un prophète meurt, le diable commence à égarer ses fidèles après lui et Allah envoie alors une ou plusieurs prophètes et leur fait descendre la révélation à travers l’ange  pour corriger les principes - que Satan a tenté ses suppôts pour déformer - jusqu'à ce que le rôle en la matière ait atteint notre Prophète Mohamed, bénédiction et  salut sur lui, avec qui l’envoi des messagers et des prophètes s'est terminé.


Par conséquent, embrasser l'Islam signifie accepter ce que ce qu’apporte ce prophète dont on doit obligatoirement ajouter foi à l’équité de tous les enseignements qu'il commande ou de ce qu'il fait en matière de justice et de djihad, qui sont tous ordonnés par Allah parce que le prophète ne s’exprime pas en fonction de son penchant et par conséquent abjure l’Islam celui qui traite le Coran révélé au prophète comme un auteur humain.

 

A la mort de ce prophète, les érudits musulmans l’ont remplacé dans son rôle sont devenus dépositaires de la bénédiction associé à la science héritée de lui et digne d’être accompagnés car il applique ladite science.

Par conséquent, le musulman doit connaître les droits d’Allah, ainsi que ceux de chaque créature d’Allah, chargée de transmettre ce message, d’en exécuter ses dispositions ou d’une partie de la récompense ou du châtiment qui y sont contenus, et par conséquent, tout musulman est tenu de respecter les droits des anges, des prophètes et des ulémas, et de croire  en la récompense, au châtiment, au Paradis, en l’Enfer et en le Décret divin heureux ou défavorable.

 

 

10. Il s’avère de ce qui précède que la bénédiction et les bienfaits se trouvent dans la science et non dans les choses extraordinaires et les prodiges, car dompter la nature est désormais acquis à ceux qui étudiaient les sciences de la communication, de l'aéronautique et d'autres, même s’ils ne sont pas adeptes des religions célestes. Les choses seront mises également à la disposition de l'Antéchrist qui détourne les gens de la religion. Les adeptes de Satan parmi les sorciers peuvent égarer ceux qui ne distinguent pas le bien du mal.

 

11. Comme Mohamed, bénédiction et paix sur lui, est le dernier prophète et messager, comme nous l'avons mentionné, son message prévaut sur les messages célestes précédents et les abroge. Son message susmentionné est basé sur la reconnaissance qu’Allah est un, n'a pas d’associé, n’a pas engendré et n’a pas été engendré et n'a ni associé ni semblable et que Mohamed est le serviteur et le messager d'Allah et que la charia qu’Allah envoya Mohamed pour la transmettre doit être adoptée par nous comme un postulat sur lequel nous fondons la morale et les lois, du moment qu'elle constitue la corde liant les membres de la société entre eux, d'une part, et les liant à Allah, d'autre part.

 

12.   Ainsi, celui qui en sort ne constitue plus un membre reconnu dans le système de la société, car il est un rebelle ayant retiré sa reconnaissance de la base qui cimente la société et fonde les droits et l'Etat.

 

13.  Allah a révélé à Mohamed, bénédiction et salut sur lui le sublime Coran éclairant les vues et infalsifiable. En outre, et le Coran a identifié la Sainte Kaaba comme Direction vers laquelle les gens tournent leur face en direction du premier temple érigé sur terre pour les gens aux fins d’adoration d’Allah.

 

14.  Le musulman s’intègre dans les parties de la religion qu’il commence par l’Islam que nous avons mentionné, apprend la religion et applique ce qu’il a appris jusqu’à atteindre le stade de la foi, puis se hausser  au niveau de la bienfaisance. Quant aux miracles et aux prodiges, ils ne constituent pas des sections de la religion et peuvent être accessibles aux pieux serviteurs d’Allah et aux autres.

 

15.  Apprendre la science la charia est un devoir et Allah le Tout-Puissant crée les conditions de survenance de certains faits pour en faire la cause de la révélation de versets dans un style pédagogique merveilleux et la disposition jurisprudentielle qui en découle est transmise à l’oumma  à travers ce que le prophète infaillible dit, fait ou décide.

Ces paroles et ces actes ont été pris auprès de lui par les compagnons qui se sont dispersés dans les pays propageant  et menant le jihad, ce qui a obligé les ulémas à déployer des efforts pour rassembler ces hadiths.

 

16. un temps après lui, les érudits du Hadith ont essayé de collecter ces paroles et de ces actes et de les débarrasser des défectuosités, d’en cautionner les rapporteurs et d’en supprimer ce qui est abrogé ou falsifié personnage, afin de préparer aux jurisconsultes une matière sur laquelle ils s'appuient sur eux pour accéder aux dispositions jurisprudentielles.

 

17.  En effet l’extraction de la disposition jurisprudentielle est une opération complexe non disponible pour le commun des mortels ne connaissant pas les causes de la révélation, ni l’abrogeant, ni l’abrogé, ni les habitudes ni la langue des gens à l'époque du Messager d'Allah, bénédiction et salut sur lui.

Ainsi, le processus de compréhension et de préférence diffère parmi les chercheurs et les rites émergé comme le  Malikisme, le Chafiisme, le Hanbalisme et le Hanafisme, lesquels ont œuvré à préserver la religion et à la transmettre de génération en génération.

 

18.  Par conséquent, Monsieur tout le monde qui ne peut pas accéder à disposition jurisprudentielle à partir de ses sources originales et recourt à l'un des ulémas du rite malikite prévalant dans son pays aura préservé sa religion et son honneur, pour que le diable ne l’égare point.

Ainsi, le mauritanien, qui cherche une fatwa jurisprudentielle doit s'adresser à un érudit du rite malikite prévalant dans ce pays maghrébin.

 

19. Enfin, nous signalons que la parenté du Messager d'Allah, bénédiction et salut d'Allah sur lui, par filiation ne constitue pas une partie de la religion islamique et dans ce cadre Al Kechav a attribué un hadith au Messager d’Allah, bénédiction et salut sur lui, dans on exégèse du verset : « Abraham légua aussi ce commandement à ses fils, comme le fit Jacob, disant: «Ô mes enfants! Allah a choisi pour vous Sa religion. [Tenez vous y] et ne mourez qu’en soumis.»…Le texte du hadith est : « Ô fils de Hachem, que les gens ne viennent pas à moi avec leurs actes alors que vous venez à moi avec votre filiation.»

 




chinguitel

Banner

O. Mouloud : Certains utilisent l’épouvantail Aziz pour que rien ne change en Mauritanie

O. Waghf : Le retour politique d'un ancien président pourrait déstabiliser la Mauritanie

Ibrahima Sarr déclare la guerre au système mauritanien

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2019

Partenaires