Banner

Date: 23.05.2022  Heure: 11:02 GMT


Ajouté le : 14.12.2021 10:44

Le discours de Ouadan ne me parle pas

J’ai lu le discours de Ouadane. Il ne me parle pas ; il ne nous parle pas. Décrypté, il semble plutôt s’adresser aux harratines -Abeid, mais en filigrane, par circonlocutions, sans oser nommer les choses ; sans oser nommer l’esclavage et ses séquelles, à l’origine ‘’des préjugés et stéréotypes’’ qui frappent cette composante. Il s’adresse aussi aux Arabo-berbères, comme le fit toujours Ould Ghazouani en mettant le doigt sur la résurgence du tribalisme, pointé comme un mal pour la cohésion "nationale’’. A aucun moment il ne parle de discriminations ou de racisme d’État, dont souffrent les négros africains, tous les jours. Le président finit par poser que ‘’l’état continuera à préserver la dignité, la liberté, et l’égalité des citoyens’’. Mais égalité signifie égalité des langues et cultures, égalité à l’école et dans l’accès à l’emploi et à la promotion sociale, égale dignité surtout ! Or les écoles spéciales et les écoles d’excellence- symboles à outrance des discriminations ethniques et raciales- continuent de fonctionner après ses deux ans de mandat ; la promotion récente des officiers pilotes ou des commissaires de police, puis chaque conseil des ministres, avec son lot de nominations, illustrent le contraire.

 

Le Président ajoute, plus loin dans son discours, " qu’il n’instituera aucun privilège sur la base d’une appartenance quelconque autre que l’État ’’ ; affirmation formellement contredite par les faits, au quotidien, dans tous les démembrements du gouvernement. A la tête de chaque institution créée, fut-elle la plus insignifiante, il faut un arabo-berbère - loi non écrite en application depuis les purges ethniques de Ould Taya-. Ce Président, en fait, toujours émet des vœux, ruse et use de slogans, sans jamais poser des actes forts, concrets, plus susceptibles de convaincre ... Et l’on sait que la courtoisie toute seule ou la ruse tout court ne suffit pas pour gouverner.

 

L’Opposition doit, courageusement reconnaitre, que la seule différence entre ce commandant en chef et le précédent réside dans la courtoisie, la civilité, le côté avenant du personnage ; dans la méthode de l’un et l’autre, à oser et assumer... Pour le reste rien a changé. Tous les deux sont guidés par la préservation du Système ; tous les deux restent mûs, par la même idéologie, plus ou moins. S’ajoutent à ce tableau le dossier des terres toujours pendant, ces répressions brutales de manifestants pacifiques toujours en pratique, puis ces lois liberticides, récemment votées, qui conduisent, sans le dire, au culte de la personnalité.

 

Non, l’Opposition doit avoir l’honnêteté de reconnaître que sur le plan des attentes c’est la désillusion, la déception... Rien n’est mené fermement, rondement, assumé courageusement ; on observe toujours un louvoiement, des hésitations sur les grands dossiers. Le Pouvoir dit s’attaquer à la corruption, et l’acte posé en conséquence, immédiatement par lui, a été de dire qu’il accroîtra le personnel du Contrôle d’Etat…Quel rapport ? il y a des dossiers tout ficelés qui n’attendent que d’être ouverts ! Dans la même foulée, le ministère de l’Éducation nationale, pour redresser ce secteur en déliquescence, se propose de recruter près de 2000 Enseignants. Mais recruter sans corriger les dysfonctionnements structurels majeurs, pour ne pas dire l’anarchie générale qui y règne, recruter sans assainir au préalable, n’est-ce pas rajouter l’anarchie à l’anarchie ? La priorité est ailleurs, dans la mise en place des mécanismes pour installer l’ILN et démarrer l’enseignement des langues nationales !  

 

Par ailleurs -soit dit en passant- injecter 3 milliards d’ouguiyas dans des zones arides, sous-peuplées, pour quel rendement ?

Dernière chose pour finir, j’ai noté cette fois un silence complet, assez parlant, sur les perspectives des concertations-dialogue. Assez parlant, si l’on recoupe ce silence avec les omissions précédentes … Non, l’Opposition doit ouvrir les yeux et cesser de tenir au dialogue plus que la partie en face. Sans une volonté politique clairement affichée ou lorsque la partie adverse n’en voit pas l’impérieuse nécessité et les enjeux, à quoi bon ? 

 

Non, l’Opposition doit admettre qu’elle s’est trompée et oser tirer, courageusement, les conclusions qui s’imposent…Il y a risque d’être menée en bâteau, à la remorque d’un agenda qui, certainement, ne servira pas ses intérêts …

 

Samba Thiam

Président des FPC.




chinguitelVF

BannerBanner

O. Mouloud : Certains utilisent l’épouvantail Aziz pour que rien ne change en Mauritanie

O. Waghf : Le retour politique d'un ancien président pourrait déstabiliser la Mauritanie

Ibrahima Sarr déclare la guerre au système mauritanien

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2022

Partenaires