Banner

Date: 26.06.2022  Heure: 23:37 GMT


Ajouté le : 18.12.2011 13:00

Traversées Mauritanides : «Une petite oasis dans le désert culturel qu’est Nouakchott»

Bios Diallo, directeur du festival

Bios Diallo, directeur du festival

ALAKHBAR(Nouakchott)- Le festival Traversées Mauritanides a baissé, vendredi dernier, ses rideaux sur «La Campagne», un récit de Jean Rollin. L’écrivain français, «fou» des voyages, relate «un agent secret français largué à Los Angeles, aux Etats unis, pour prévenir une tentative d’attentat contre la chanteuse américaine, Britney Spearspar, par un groupuscule islamiste. Mais l’agent, peu débile et parlant mal Anglais, ne sait même pas conduire et ignore tout du milieu du Showbiz», explique l’auteur.

Ainsi alors cette deuxième édition de Traversées Mauritanides est terminée sur «une bonne note», selon le directeur du festival. Pour Bios Diallo, qui estime que les gens ont soif de littératures dans ce pays, «nous avons réussi à faire venir les auteurs que nous attendions.

Prochainement nous verrons, avec plus de moyens, comment faire venir un plus grand nombre d’auteurs et étendre le festival beaucoup plus sur le temps. Les élèves et étudiants étaient très contents de voir des écrivains venir les voir. Et à l’étape Rosso les professeurs ont beaucoup aimé. Ils sont nourris de vœux que cela se reproduise tous les ans. Avec cette deuxième édition, les gents apercevront que la culture peut bien se vendre ; la culture, surtout la littérature, peut bien réunir du monde».

Côté public, «je suis ravie d’avoir rencontré beaucoup d’écrivains, se réjouit une étudiante. Et «je suis très ému», renchérit Demba Tiréra, un autre étudiant à la Faculté des Lettres à l’Université de Nouakchott.

Khalilou Diagana, journaliste:« Je pense que cette deuxième édition de Traversées Mauritanides a été une réussite. Une réussite, si un festival de livres est fait d’abord pour donner aux jeunes et à tout le monde l’envie de lire et d’écrire. Je crois, de ce point de vue-là, que c’est une réussite. On a eu à rencontrer des auteurs confirmés qui nous ont lu des extraits de leur livre, qui en ont parlés et commentés. Je crois qu’avec cette seconde édition, l’envie d’écrire, l’envie de lire ont fait un bon en avant.»

Djibril Sall, écrivain : «Le festival a été très intéressant pour nous écrivains. Si on arrivait à avoir des manifestations de ce genre, chaque année, ce serait une bonne chose. Sinon, j’avais, moi-même, pensé à refermer tous mes bouquins et à ne plus écrire. Maintenant, je suis très encouragé.»

Idoumou Ould Mohamed Lemine, professeur des Lettres à l’Université de Nouakchott : «Je crois que c’est une rencontre qui a été très utile. D’abord, elle a été une occasion, pour nous, de rencontrer des écrivains et des hommes de culture d’autres pays. Et ensuite, parce que dans le désert culturel et intellectuel qu’est Nouakchott, cela a été une petite oasis d’un moment.»




chinguitelVF

BannerBanner

O. Mouloud : Certains utilisent l’épouvantail Aziz pour que rien ne change en Mauritanie

O. Waghf : Le retour politique d'un ancien président pourrait déstabiliser la Mauritanie

Ibrahima Sarr déclare la guerre au système mauritanien

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2022

Partenaires