Banner

Date: 20.04.2021  Heure: 12:53 GMT


Ajouté le : 22.01.2012 18:35

Ag Chérif: Nous n'avons rien à voir avec AQMI

Alakhbar (Nouakchott) - "Nous n'avons aucune relation avec AQMI, ni avec les bandes de trafiquants qui sont répandues partout dans le monde" a affirmé le secrétaire général du MNLA dans sa première sortie médiatique. Interview…

Alakhbar: Pourquoi ce changement brusque de stratégie  dans la région?

Bilal Ag Chérif: Tout d'abord, le Mouvement National pour la Libération de l'Azaouad est un mouvement pacifique, qui prône le dialogue pour arriver à ses objectifs. Nos revendications ont été exprimées lors notre congrès constitutif en novembre 2010.

Eu égard à l'état dégénéré qui règne dans la région, à cause de l'injustice, de l'exclusion et de la marginalisation systématique, le MNLA a lancé son dernier appel, donnant une opportunité suffisante pour un dialogue sérieux et franc, qui épargne à la région des risques de  violence.

La réponse des autorités maliennes est venue, il y'a un mois, à travers la militarisation excessive de la région.  Notre mouvement a effectivement réagi contre ces provocations. La libération, le 17 janvier, de Ménaka est survenue en réaction aux agissements de l'Armée malienne.

 

Alakhbar: comment décriviez-vous la situation actuelle dans la zone?

Chérif: Le 17 janvier, des éléments de l'Armée de la Libération de l'Azaouad et de la résistance ont libéré la ville de Ménaka. Une fois la libération acquise, ils se sont retirés vers les alentours de Ménaka pour que celle-ci retrouve sa vie normale. Ultérieurement, l'Armée malienne a envoyé des renforts mais ceux-ci ont souffert des défections. Nos forces tentent toujours d'assurer une sortie pour les dissidents, issus de la population autochtone.

Pour ce qui est des pertes: un de nos soldats a été blessé tandis que quatre civiles ont été tués par les tirs de l'Armée malienne. En ce qui concerne Aguelhok, les affrontements ont pris fin il y'a quelques heures (vendredi soir NDLR). Nous contrôlons totalement la ville. Selon nos informations, des dizaines d'engins militaires maliens ont été prises en embuscade et détruites par nos combattants. Près de cinq véhicules ont réussi à s'enfuir en débandade.

 

Alakhbar: Quel bilan faites-vous pour les combats, jusqu'à présent?

Chérif: Je n'ai pas encore le bilan du combat d'Aguelhok. Je n'ai que des éléments préliminaires. Par rapport à l'assaut lancé pour libérer Ménaka, un de nos soldats a été blessé tandis que quatre civiles ont été tués par l'Armée malienne. Nous avons capturé dix militaires dont un colonel. L'ennemi a aussi perdu deux avions, dont un détruit par nos soldats tandis que l’autre, il a été touché à Ménaka avant de s’écraser  en retour sur Gao.

 

Alakhbar: Les autorités maliennes affirment avoir tué des dizaines de vos hommes, qu’en est-il ?

Chérif: C'est du mensonge ! C'est une tentative vaine de monter le moral, aux abois, de leurs soldats. Nous ne cachons pas nos martyrs. Au contraire, nous nous en sommes fiers, parce qu'ils sont tombés  en défendant notre noble cause. Nous n'avons perdu aucun homme dans la bataille de Ménaka. Je vous affirme que l'armée malienne a souffert et elle a subi des pertes lourdes dans l'Azaouad. Ses hommes sont entre tués, blessés ou fugitifs, d'où leur démoralisation totale.

 

Alakhbar: Comptez-vous engager un dialogue avec le Mali et sous quelles conditions?

Chérif: Il y'a des contacts indirects et le gouvernement a fait recours aux notables de la région et quelques proches parents des dirigeants du mouvement. Ces contacts ne constituent pas un dialogue proprement dit.

A propos de nos conditions pour le dialogue: nous exigeons, d'abord, que le gouvernement annonce solennellement sa disponibilité pour négocier avec le MNLA et, deuxièmement, que ce dialogue soit direct et non à travers des intermédiaires. Il faut aussi que les conditions de transparence se réunissent, dans une ambiance qui garantit l'aboutissement aux résultats espérés.

 

Alakhbar: quel sont vos liens avec le mouvement "Ansar Dine" (les adeptes de la religion) dirigé par le diplomate Iyad Ag Ghali?

Chérif: C'est un mouvement national azaouadien, qui prône l'ancrage des valeurs islamiques du peuple de l'Azaouad. Il y'a des efforts pour établir des relations avec ce mouvement, puisque nous avons le même ennemi. Le MNLA affirme la nécessité d'unir et de mobiliser tous les efforts de ce peuple pour servir sa cause noble.

Je note au passage que le MNLA regroupe tous les fils de l'Azaouad, de toutes les appartenances religieuses ou ethniques. Il œuvre pour la libération et l'indépendance du peuple.

 

Alakhbar: D’aucuns parlent d’une relation entre le MNLA et AQMI, et même avec des bandes de trafiquants dans l’Azaouad. Qu’en est-il ?

Chérif: Les autorités maliennes tentent activement de marchander dans ces dossiers avec les pays occidentaux. Ainsi, on utilise l'extrémisme et le trafic comme prétexte pour faire la promotion du dossier de développement au nord. Mais, au contraire, c'est bien le gouvernement de Bamako qui entretient des relations avec les réseaux de trafic et même avec AQMI. Vous avez comme preuves qu'il a toujours réussi à libérer les otages que ces groupes détiennent et qu'il a toujours toléré ses activités.

Nous n'avons aucune relation avec AQMI, ni avec les bandes de trafiquants qui  sont répandues partout dans le monde. Leur existence dans cette zone ne signifie pas qu’elles sont liées à la population. Nous ne sommes pas les responsables de la sécurité de la zone et n'avons rien à voir avec ces bandes… Ce sont, en effet, des mensonges véhiculés, sans cesse, par le gouvernement malien notamment auprès des occidentaux.

 

Alakhbar: êtes-vous déjà en contact avec des gouvernements de la région ou de la communauté internationale?

Chérif: Je lance ici un appelle à nos frères et à la communauté internationale pour venir en aide au peupe de l'Azaouad. Nous appellons au respect des lois internationales garantissant le droit de l'autodetermination, l'indépendance et la liberté des peuples. Ensuite, j'appelle à aider notre peuple dans sa lutte pour sa cause juste.

 




Banner

O. Mouloud : Certains utilisent l’épouvantail Aziz pour que rien ne change en Mauritanie

O. Waghf : Le retour politique d'un ancien président pourrait déstabiliser la Mauritanie

Ibrahima Sarr déclare la guerre au système mauritanien

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2021

Partenaires