Date: 26.03.2017  Heure: 07:19 GMT


Ajouté le : 29.01.2012 10:07

Hamadi Ould Hamadi : «Les Touareg ne sont pas en liaison avec Aqmi»

ALAKHBAR (Nouakchott)- «Il faut éviter de faire l’amalgame» en ce qui concerne l’existence d’éventuelles liaisons entre les rebelles Touareg et Aqmi, a précisé le ministre mauritanien des Affaires étrangères et de la coopération.

Hamadi Ould Baba Ould Hamadi, assistant à Addis Abéba à l'ouverture des travaux de la 20eme session du conseil exécutif de l'Union africaine, s’est expliqué ce matin sur RFI : « D’abord les Touareg sont une communauté ethnique, ce qui n’est pas le cas des terroristes. Les Touareg au Mali sont chez eux, ce qui n’est pas le cas des terroristes. Les Touareg ont des revendications identitaires, ce qui n’est pas le cas des terroristes. Les Touareg n’ont jamais attaqué un pays étranger, ce qui n’est pas le cas, n’ont plus, des terroristes. Donc, à mon avis, il faut éviter de faire l’amalgame.»

Et s’agissant des terroristes d’Aqmi, «ils ont des difficultés de recrutement. Ils ont des difficultés de mobilité. En tout cas, dans la zone frontalière avec la Mauritanie, ils ont maintenant des difficultés de mobilité», a insisté le ministre. Mais, est-ce que le nombre des combattants d’Aqmi atteindrait des milliers ? «Je crois que c’est exagéré», a répondu le ministre tout en précisant : «De toute façon, leur capacité de nuisance ne se mesure pas à leur nombre ; elle se mesure à leur mode opératoire et les facilités qu’ils ont.» Malheureusement , «ils sont financés par les européens. C’est méchant de dire ça mais c’est la vérité», poursuit le ministre.

Toutefois, Hamadi Ould Baba Ould Hamadi a estimé que combattre Aqmi «n’est pas vraiment une question de moyen, mais il faut une volonté réelle…Tout le monde le sait, en 2002 c’était quelques dizaines de personnes, si on les avait combattues à ce stade-là avec la même détermination, ils ne seraient pas arrivés là où ils sont. Maintenant, les Etats sont souverains : chacun conduit sa politique comme cela lui semble son intérêt.» En tout cas, pour ce qui de la Mauritanie «nous avons investi massivement dans la modernisation, dans l’innovation de notre équipement de notre dispositif de défense et de sécurité. Depuis 2009, il n’y pas eu d’enlèvement en Mauritanie. Il n’y a plus, ni camps opérationnel ni camps d’entrainement ni même une cellule active. Nous pensons qu’il n’y a plus même un terroriste actif en liberté en Mauritanie» a-t-il estimé.




Banner

Le jeune Etat mauritanien, face à la guerre du Sahara –Archives

Alakhbar fait "une officine des Services de renseignement", selon Biram Dah Abeid

L’écrivain Mohamed Yahya Ould Ciré: « Les Harratines sont victimes d’un double racisme»

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2017

Partenaires