Date: 23.11.2017  Heure: 16:54 GMT


Ajouté le : 04.02.2012 14:06

Drogue: liens «avérés» entre trafiquants et politiques (Abdallah)

Alakhbar (Nouakchott) – Les liens entre le trafic de drogue et des responsables politiques et sécuritaires en Afrique de l’Ouest sont «avérés» selon le diplomate mauritanien Ahmedou Ould Abdallah qui se confiait au blog «Afrique Drogue» de Christophe Champin.

«Etant donné la faiblesse des Etats de la région, plus cette connivence se développe et s’enracine, plus le travail va être impossible. Il sera extrêmement difficile de revenir à une situation normale. Quand on voit ce qui se déroule au Mexique et dans d’autres pays d’Amérique latine, vous pouvez imaginer ce qui peut se passer dans nos régions » a déclaré le président du Centre des stratégies pour la sécurité Sahel Sahara (S4) en réponse aux questions de Christophe Champin, rédacteur en chef adjoint du site de RFI. (Consultez le blog)

 

L’argent de la drogue « fausse tout. Il fausse la justice, il fausse la police et donc la sécurité. Pire, il fausse toute possibilité de démocratie. Ceux qui sont financés par les narcotrafiquants peuvent difficilement être battus dans une élection » a déploré Ould Abdallah.

«Nous nous sommes tous concentrés sur la Guinée-Bissau qui est un petit pays en disant qu'il s'agit d'un narco-Etat. Je pense que cette affirmation, même si elle était fondée, permet d’ignorer ce qui se passe ailleurs. En particulier dans les autres pays d’Afrique de l’ouest où les connections à travers des tas de réseaux privés, familiaux ou autres sont nombreuses » a-t-il ajouté.

Ces trafiquants, selon Ould Abdallah, ont un message que leurs correspondants reçoivent très bien : « la drogue n’est pas vendue et consommée dans nos pays. Qu’est-ce que ça vous coûte de la faire transiter par la région. De toute façon elle est destinée à d’autres… ».« Je pense que le terrorisme ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt. Et la forêt c’est quoi ? C’est la corruption endémique de certaines institutions de sécurité et de services publics, mais aussi et surtout la drogue qui n’a pas disparu. Et je me demande pourquoi cette drogue qui vient d’Amérique latine et d’ailleurs, et dont on parlait tellement, a disparu du jour au lendemain de la Une des journaux, des radios et des câbles des diplomates. Je pense que le focus sur le terrorisme risque de faire oublier la gravité du trafic de drogue, dont les relais n’aiment évidement pas être exposés à la lumière. Ils sont présents dans certaines capitales, parfois avec des titres officiels, avec leurs connections. Et tout le monde le sait ! Ce qui est étonnant, c’est que certains services occidentaux sont au courant mais semblent focaliser sur le terrorisme », selon Ould Abdallah.




chinguitel

Composition du nouvel hymne national de la Mauritanie

Le jeune Etat mauritanien, face à la guerre du Sahara –Archives

Alakhbar fait "une officine des Services de renseignement", selon Biram Dah Abeid

Retrouvez-nous sur Facebook


@FrAlakhbar

Agence d'information indépendante Alakhbar © 2017

Partenaires